En-Tête

a   t   e   l   i   e   r         m   a   r   t   e   n   o   t    c   o   v   o     •     e  i  y  s


cours de dessin, peinture, aquarelle, de 5 à 85 ans


01 40 54 78 18   •   25, rue de l'église   •   92200  neuilly-sur-seine

« Par l’enseignement
de l’art,
aider les êtres
à se découvrir,
afin que chacun
ressente
la joie profonde,
d’accéder
à un plus-être. »
G. Martenot

IMG TOTAL 3

Ginette MartenotGinette Martenot (1902-1996) est la dernière enfant d'une fratrie de trois, éminemment douée. Toute sa créativité s'exprimera dans la musique, la peinture et la pédagogie.

Musicienne prodige, elle entre au Conservatoire à 14 ans et donne, à 16 ans, des cours de musique dans l'école fondée par sa grande sœur : Madeleine.

Tout en secondant son frère Maurice, revenu de la guerre et tout à l'invention de son instrument, Ginette s'ouvre à la psychologie, puis à l'anthropologie avec la rencontre de Marcel Jousse. Ce dernier lui permet de réaliser l'importance du geste dans l'évolution de l'humanité. Elle travaille également à la relaxation avec Youry Bilstin.
Parallèlement, elle se tourne vers l'évolution comparée des Arts et suit des cours de peinture. Les arts plastiques ne représentent d'abord qu'un passe-temps dans une vie consacrée à la musique.

En 1928, elle accompagne au piano Maurice qui présente, pour la première fois, les Ondes Martenot. Le succès est tel qu'ils organisent une tournée mondiale.
Deux rencontres permettre aux arts plastiques, de prendre une place importante dans sa vie. Celle avec Louise Artus, d'abord. Dessinatrice reconnue, femme du peintre Emile Artus, elle est professeur à l'Institut Jean-Jacques Rousseau. Auprès d'elle, Ginette Martenot perçoit l'importance du dessin dans l'éducation des enfants. C'est un entretien avec le poète hindou Rabindranath Tagore, fondateur d'un mouvement de scolarisation reposant sur l'art et la culture, qui la décide à ouvrir une section d'enseignement des Arts plastiques à l'École de Musique.
En 1932, elle collabore étroitement avec Louise Artus à l'élaboration de sa pédagogie et en même temps, elle forme ses premiers professeurs. Les voyages qu'elle effectue à l'étranger avec elles, ont un double objectif : artistique, en développant leur sens artistique et pédagogique et aussi social, en permettant à des jeunes femmes, d'exercer un métier.

 

En 1937, l'Exposition Universelle marque une double consécration pour Ginette Martenot. Elle obtient le Grand Prix de l'Exposition avec Maurice, pour le spectacle et les concerts d'Ondes Martnot. Elle obtient également une Médaille d'Or pour une double présentation de pédagogie auprès des jeunes : d'un côté des enfants travaillant au dessin, de l'autre, des jeunes s'initiant à l'improvisation musicale, le tout sous les yeux du public.

Pendant les quarante années suivantes, Ginette Martenot va poursuivre une carrière internationale aux multiples facettes. Comme soliste des Ondes Martenot, d'abord. Comme promotrice des jeunes talents de la musique contemporaine, ensuite, organisant plus d'une centaine de premières auditions. Enfin, comme conférencière, autour des thèmes de la pédagogie des arts.
En 1957, Ginette Martenot obtient le Grand Prix du Disque avec la Suite Delphine de Jolivet.

 

Elle publiera ses Méthodes.
Dans le domaine musical, en collaboration avec sa sœur Madeleine d'abord, se seront les volumes de l'Etude Vivante du Piano. Ensuite, ce seront les volumes Cours Supérieur d'Interprétation de Bach à Messiaen, et de la Méthode de Travail.

 

En 1995, elle est promue d'emblée Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres.